Devenir artisan dessinatrice et couturière – L’expérience de Anne-Lise Duriez

Devenir artisan dessinatrice et couturière

Écrit par Nicolas Cléton

jeudi, Sep 10

Si tu te demandes comment devenir artisan dessinatrice et couturière, tu auras des éléments de réponse grâce au retour d’expérience d’Anne-Lise Duriez (Ligne de Côte). J’ai rencontré Anne-Lise dans le cadre de nos interviews casquettes.

On m’avait parlé de Ligne de Côte et quand je suis tombé sur son compte insta, je lui ai tout de suite proposé qu’on se rencontre. J’ai découvert la reconversion d’une jeune femme qui était dans la finance et qui a décidé de se consacrer à sa passion. On va parler de formation, de créativité et d’identité…

Fonce ça vaut vraiment le détour ! 😃

Expérience N°1 d’une jeune entrepreneuse : apprendre par soi même

L’observation

Anne-Lise est tombée dans la couture grâce à ses deux grands-mères. Edith et Marie lui ont donné les bases pour apprendre à faire des chouchous !

Elles m’ont donné les bases et j’ai appris le reste par moi même. C’est beaucoup d’observation, je regardais comment les vêtements étaient fait et par mimétisme j’ai essayé de les refaire. 

Anne-Lise Duriez (dessinatrice couturière) – Ligne de Côte

C’est donc d’abord comme un passe temps qu’elle confectionne sa propre robe de mariée avec les moyens du bord :

J’avais même pas de machine à coudre à ce moment là. Elle était pas parfaite ma robe mais elle avait un côté symbolique qui me plaisait bien. J’avais pas de mannequin donc j’enfilais et j’ajustais sur moi jusqu’à ce que ce soit bien, c’est des bons souvenirs. 

Anne-Lise Duriez (dessinatrice couturière) – Ligne de Côte

Notre dessinatrice et couturière n’avait pas forcément prévu de se lancer à son compte dans sa passion. Il faut dire qu’Anne-Lise a débuté sa carrière dans des grandes entreprises comme Alstom, Ernst & Young ou Veleo. Elle y fera de très belles rencontres mais son besoin de créer la poussera à reprendre une formation.

Le cadre d’une formation

Plus jeune Anne-Lise était du genre très bonne à l’école. Ses facilités et son goût des chiffres l’ont poussé à intégrer une prépa et par la suite une école de commerce.

Comme bien souvent, les artisans que j’interviewe ont opéré une reconversion professionnelle. Notre interviewée n’échappe pas à la règle et a décidé de tout plaquer pour se lancer à son compte. La vie de bureau et les fichiers Excel ce n’était finalement pas tant que ça son truc 😁. Grâce à la rupture conventionnelle qu’elle a obtenu, elle décide de reprendre une formation dans le stylisme.

J’ai pu financer 2 ans d’étude de stylisme modélisme à l’ESMOD Paris. J’ai appris à dessiner et là-bas j’ai débloqué quelque chose parce que je ne pensais pas en être capable. Je pense que tout le monde sait dessiner en fait, il faut juste s’y mettre et régulièrement. L’école m’a mis le cadre pour m’y mettre. 

Anne-Lise Duriez (dessinatrice couturière) – Ligne de Côte

Devenir artisan dessinatrice et couturière
Devenir artisan dessinatrice et couturière

Expérience N°2 d’une artisan dessinatrice et couturière : créer mais pas que…

Assumer sa créativité

Après la naissance de Maé (son premier enfant) et quand il a fallu retourner au bureau, Anne-Lise a fait un burn out. C’est dans ces moments qu’on remet tout en question et pour notre dessinatrice ça a été le déclic pour se lancer à fond dans ses créations.

Pour stimuler sa créativité notre dessinatrice et couturière vagabonde dans les musées, elle lit beaucoup de bouquins de photographes, de costumiers, ou de dessinateurs. 

J’ai d’abord tenté de me spécialiser dans la création de costumes scéniques par ce que J’aime beaucoup le côté créatif des costumes de cinéma ou de théâtre. Malheureusement ça n’a pas marché, je n’ai pas trouvé ma clientèle.

Anne-Lise Duriez (dessinatrice couturière) – Ligne de Côte

Réaliser qu’il ne suffit pas de créer

Après cette période de test en tant que créatrice de costume Anne-Lise reprend le boulot dans l’idée d’économiser pour lancer son affaire dans les meilleures conditions. C’est finalement beaucoup plus tôt que prévu qu’elle lancera ligne de côte et avec cette fois ci plus de maturité.

Avant je n’étais pas prête à faire quelque chose de commercial, à vraiment vendre mes produits. Je crois que j’avais plus envie de faire un truc purement artistique. Aujourd’hui, je suis capable de me dire que je vais faire de l’artisanat tout en développant et en vendant des produits.

Anne-Lise Duriez (dessinatrice couturière) – Ligne de Côte

Et pour l’aider dans la vente chez l’artisan et son mobile on prévoit des outils qui pourront bien l’aider au quotidien. On a même discuté de notre future appli Joyocal qui référencera un maximum de produits artisanaux. Ce qui a le plus intéressé notre créatrice c’est la géolocalisation de sa boutique, et notre stratégie de viser les touristes en recherche de produits authentiques locaux.

Annelise Duriez - ligne de côte
Devenir artisan dessinatrice et couturière

Expérience N°3 d’une artisan dessinatrice et couturière : Prendre le temps pour développer son identité

Ne s’enferme t’on pas lorsqu’on se définit une identité ?

C’est bien le problème de beaucoup d’artisans.

Les pro du marketing vous diront toujours qu’il est primordial de travailler son identité pour que le prospect identifie très rapidement le type de produits que vous allez lui proposer. Et comment fait-on quand on veut se garder une marge de manoeuvre et prendre le temps de définir ce sur quoi on veut précisément travailler ? Après tout ce n’est pas ça l’artisanat ? Être libre de travailler sur ce qui nous plait ?

J’ai pas forcément envie que ce soit si clair, je ne veux pas m’enfermer trop dans un domaine. Si demain j’ai envie que la partie textile prenne plus d’importance que le dessin je veux me garder cette marge de manœuvre.

Anne-Lise Duriez (dessinatrice couturière) – Ligne de Côte

Anne-Lise travaille donc un ancrage territorial fort dans ses produits et elle commence à se faire connaitre pour ses réalisations en one line (pratique de dessin à base de ligne). Ses produits vont du sac à mains aux cartes postales, en passant par des toiles pour transat ! 😀 Comme quoi il est toujours possible de laisser aller son imagination et de ne pas s’enfermer dans un seul type de création.

Communiquer sur ce qui ne changera pas

Pour faire comprendre rapidement aux prospects ce qu’ils vont trouver dans la boutique, il est donc important de définir ce qui ne changera pas. Pour Anne-Lise c’est sa conscience écologique et l’importance qu’elle met dans la provenance de ses matières premières.

Quand je choisis mes produits, j’accepte de payer beaucoup plus cher mes matières premières pour qu’elles soient la plupart du temps faîtes en France. Je suis allée visiter les usines avec lesquelles je travaille et je m’assure de connaitre la chaine d’approvisionnement.

Anne-Lise Duriez (dessinatrice couturière) – Ligne de Côte

Et si elle diminue ses marges par conviction, autant le faire savoir à ses clients. Ils sont de plus en plus nombreux à être soucieux de l’impact de leurs achats sur l’environnement. C’est pourquoi elle a réalisé des petits logos pour expliquer la chaine de production et communiquer en toute transparence sur ce qu’elle a réussi à obtenir en made in France et ce qui ne peut pas encore l’être.

En plus de l’utilisation de tissu français, Anne-Lise met en place une démarche d’upcycling : Il y a l’utilisation de déchets de la mer ou un projet de créations avec du cuir de saumon.

Devenir artisan dessinatrice et couturière
Devenir artisan dessinatrice et couturière

Tu as lu jusqu’ici ? Bravo !

Tu as maintenant un peu d’expérience de Anne-Lise Duriez. J’espère que tu as des éléments de réponse sur comment devenir artisan dessinatrice et couturière 😀

Après des études et des emplois dans la finance, Anne-Lise a su opérer une belle reconversion et elle a mis au point une marque qui commence déjà à faire parler d’elle. Son authenticité, ses valeurs et son talent vont lui permettre de rapidement développer son activité à son plein potentiel, j’en suis certain 🙂

Si tu passes dans notre belle côte d’opale, il y a un détour à faire à Boulogne-sur-mer pour rencontrer Anne-Lise, Il y a de quoi repartir avec de super souvenirs fait avec amour et conviction, pourquoi se priver ? 🙂

Toutes les infos sur son site internet : Ligne de Côte

Suis-nous sur les réseaux, il y a des photos et anectodes en plus. Surtout sur insta 😉

Vous aimerez aussi…

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

👉 Ne loupe pas les nouveaux articles !

En t’inscrivant à notre newsletter tu recevras les nouveaux articles un peu avant tout le monde 😎

(tu pourras te désinscrire très facilement si besoin)