Devenir artisan créatrice de souvenirs – L’expérience de Camille Doutriaux-Poulet

Devenir créatrice de souvenirs

Écrit par Nicolas Cléton

jeudi, Juil 30

Si tu te demandes comment devenir artisan créatrice de souvenirs, tu auras des éléments de réponse grâce au retour d’expérience de Camille Doutriaux-Poulet. J’ai rencontré Camille dans le cadre de nos interviews casquettes.

On m’avait dit “il faut absolument que tu ailles interviewer Camille”. Donc je suis allé voir ce qu’elle proposait, j’ai consulté son beau site et sa page insta. Et effectivement, j’attendais avec impatience de la rencontrer 😃

J’ai découvert une jeune femme totalement dévouée à sa passion. Chaque personne que je rencontre a un petit plus. Pour Camille, c’est certainement la poésie qu’elle met dans son univers travaillé à la perfection. Ne passe pas à côté de ces quelques lignes, je crois que son expérience peut servir d’exemple pour beaucoup ! 👍🏻

Expérience N°1 d’une jeune créatrice : assumer de faire ce qu’on aime

Il est de plus en plus fréquent d’oser franchir le cap pour se lancer dans l’artisanat indépendant. Les raisons qui motivent ce changement de vie sont très variées. Mais ceux qui atteignent leurs objectifs ont bien souvent quelque chose en commun. Généralement, ils veulent avant tout s’épanouir dans ce qu’ils aiment ; et Camille fait partie de ces personnes.

Notre créatrice a toujours aimé laisser vagabonder son imagination dans l’écriture ou dans la couture. Mais ces moments de loisirs se sont atténués quand elle est rentrée dans la vie active. Après des études d’histoire de l’art, elle enchaine plusieurs boulots dans ce domaine, comme une continuité logique.

Ce qui m’intéressait le plus dans tout ce qui était culturel et artistique, ce n’était pas forcément les œuvres en tant que telles. Même si elles m’intéressaient aussi, c’était plus le rapport avec les personnes. J’étais déjà dans quelque chose d’hyper humain. 

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

Elle deviendra donc médiatrice, puis coordinatrice d’exposition. Les missions étaient variées (mise en place en amont de l’expo, recherche des œuvres, écriture des textes, publication des catalogues…). Au fur et à mesure, elle acquiert un profil sur les expositions itinérantes (pare ce que c’est ce qu’on lui proposait). Ce n’est donc pas totalement un hasard si on retrouve cette touche d’itinérance dans son travail 😃

Quoi qu’il en soit, ces 10 années d’expérience pro ont été très stimulantes, mais Camille avait besoin d’autre chose.

Je suis super contente de cette période mais je travaillais dans des grosses structures et il y avait un côté super politique. J’étais beaucoup dans des logiques de budget, de planning, d’admin, de newsletter, plus vraiment dans le rapport aux artistes. C’était pas mon univers perso et au bout d’un moment j’étais plus hyper à l’aise.

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

C’est donc après un passage à vide et après un voyage à l’étranger, qu’elle décidera de changer de vie professionnelle. Le déménagement sur la côte d’opale et la naissance du petit Ernest ont aussi pesé dans la balance.

Devenir créatrice de souvenirs

Expérience N°2 d’une professionnelle : organiser son temps grâce aux outils numériques

Bien souvent, la vie de créateur s’entame lors d’un renouveau professionnel. Peu importe l’ancienne expérience pro, il y a des apprentissages qui seront toujours utiles quand on se lance à son compte. Camille s’est lancée dans une nouvelle aventure, après 10 ans de chargée de projet dans le milieu artistique et culturel.

De cette période, elle a acquis une capacité à organiser des projets, à gérer son temps et à structurer ses idées. C’est parce qu’elle mesure l’importance de gagner en efficacité, qu’elle peaufine depuis 2 ans son organisation de travail. Dès le début, il n’était pas question de faire les choses à moitié ! 😀 Il a donc fallu prendre en main plusieurs chantiers et notamment celui des réseaux sociaux, qu’elle ne maitrisait pas.

Au moment où tu démarres, tu te rends vite compte que si t’as pas les réseaux sociaux, t’existes pas. J’utilise Facebook ou les Story Insta pour interagir avec ma communauté et partager des infos pratiques. Sur Facebook c’est pas forcément utilisé pour acheter en ligne, mais mes clients me posent des questions et demandent des infos. Instagram, c’est plus pour me faire connaître auprès de nouvelles personnes et faire découvrir l’univers en général.

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

C’est donc toute une organisation numérique qu’elle a appris à mettre en place grâce à une formation en ligne. Sa comptabilité est facilitée par l’outil je pilote. Les commandes sur les marchés ne sont pas oubliées, grâce à l’outil de paiement Sumup. Camille a appris sur le tas et a fait appel à un prestataire pour le côté marchand de son site internet. Maintenant, son site peut gérer des commandes et il y a même un plugin qui lui propose la facturation automatique.

Camille fait donc partie des artisans numérisés et j’ai pu constater qu’elle était bien équipée de ce point de vue ! Pourtant, le projet l’artisan et son mobile lui a bien tapé dans l’oeil. Grâce notamment à la facilité d’ajouter les produits, et la possibilité de gérer intuitivement son activité sur mobile. Son emploi du temps est très chargé, comme beaucoup d’artisans. Ça nous l’avons bien compris, on réfléchit beaucoup pour trouver des moyens de lui libérer du temps…

Pour l’instant, je bosse tous les jours de la semaine et je n’ai presque pas pris de jours de congés depuis 2 ans. Généralement, je suis en vente en fin de semaine. Pour la prod, les commandes personnalisées et la communication c’est le reste de la semaine.

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

Devenir créatrice de souvenirs

Expérience N°3 d’une artisan créatrice de souvenirs : construire une game cohérente et cibler sa clientèle

Camille avoue être d’un naturel plutôt réservé et elle n’avait pas du tout la fibre commerciale. Elle a donc appris dans sa formation en ligne à construire une game cohérente et à cibler une clientèle adaptée. Il a fallu se creuser la tête et commencer par poser à l’écrit toutes les idées. Mais ensuite, notre jeune maman a eu tous les arguments nécessaires pour parler de son univers (parfois un peu trop longtemps haha 🤫).

Ce que j’essaie d’insuffler dans mes produits est lié à l’imaginaire, aux vacances. J’ai fait un travail sur le “pourquoi”. J’ai pris le temps de réfléchir à pourquoi je voulais faire tout ça, presque comme si j’écrivais un mémoire. 

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

Camille a donc réalisé qu’elle voulait que ses produits prennent la forme de cadeaux souvenirs. Ces souvenirs devaient aussi rappeler des lieux et des moments de vie. Dès que ce cadre a été posé, elle a pu tirer le fil pour construire son univers. Ce travail est indispensable pour que les clients comprennent très rapidement ce qu’ils vont pouvoir trouver. Ils prennent aussi davantage le temps de s’y intéresser.

Avant je n’avais pas cet univers champêtre ou bucolique, et les motifs partaient dans tous les sens. C’était beaucoup trop éclectique. J’ai beaucoup réfléchi et j’ai trouvé le nom. J’adore le vent, je trouve que c’est un truc qui porte, qui est beau et positif.

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

Le vent, c’est aussi l’idée du voyage, et c’est quelque chose que l’on retrouve beaucoup dans l’univers de Camille. Le nom “Du vent dans mes valises” est venu de lui même. Pour la présentation des stands, l’usage des valises était donc de mise. Grâce à ce nom, au choix des motifs, à la sélection de produits, et à la présentation soignée, les clients ont tout de suite compris ce qu’ils allaient pouvoir trouver dans la marque “Du vent dans les valises”.

Ma clientèle recherche des produits avec un supplément d’âme. Ils vont aussi être sensibles à la qualité des matériaux. On est pas sur de l’achat compulsif mais au contraire sur de l’achat réfléchi.

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

Valises

Expérience N°4 d’une artisan créatrice de souvenirs engagée : travailler en accord avec ses convictions

Se procurer un produit conçu artisanalement, c’est l’assurance de profiter d’une création unique. Unique de part l’apparence du produit, qui est bien souvent conçu en un seul exemplaire. Une création unique de part l’histoire qu’elle raconte et le dialogue possible avec le créateur. Unique de part les valeurs transmises dans les modes de fabrication. Camille a à coeur de travailler en accord avec ses convictions et elle les partage volontiers. C’est aussi ça qui rend ses produits uniques.

Je n’imagine pas travailler avec un fournisseur de tissu au prix le plus bas. Ma façon de faire c’est plutôt de définir un univers qui m’est propre. Pour cela, je sélectionne des milliers de motifs ; donc j’ai énormément de fournisseurs, ce qui n’est pas du tout intéressant d’un point de vu financier haha.

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

Parmi les nombreux jobs que Camille a pu faire avant de se lancer à son compte, elle a travaillé dans une ONG qui s’engageait dans la responsabilisation des matières premières. Donc notre créatrice engagée exclut d’emblée les Amazon, Alibaba et autres plateformes mondiales. Elle travaille avec des enseignes de revente Françaises et Européennes et elle privilégie le label Ecotex. Les emballages “Du vent dans les valises” sont conçus en matières recyclées. Camille aime aussi travailler avec le moins de moyens possible, pour stimuler sa créativité.

Plus je suis déconnectée de moyens technologiques, plus j’ai l’impression de gagner en liberté. Par exemple, pour le travail du cuir, je ne peux pas aller au delà d’un certain niveau de précision dans la découpe. Pour moi, cette contrainte est productive en terme de créativité. Plus tu vas vers la technologie, plus tu perds en identité. 

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

Pour Camille, les artisans ont la possibilité de vendre leurs produits à un prix juste pour eux. Elle préfère accepter de vendre moins en terme de quantité et se mettre des oeillères si certaines personnes s’arrêtent au prix des produits sans songer au temps passé ou à la qualité des matières.

Si je me dis que le prix trop élevé par rapport aux habitudes des gens dans le commerce alors je ne pourrais pas faire ce que je fais. En tout cas pas de la manière qui me ressemble.

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans mes valises)

Devenir créatrice de souvenirs

Tu as lu jusqu’ici ? Bravo !

Tu en sais un peu plus sur Camille Doutriaux-Poulet. J’espère que tu as des éléments de réponse sur comment devenir créatrice de souvenirs. Si tu as des questions, n’hésite pas à les poser ici, Camille te répondra avec plaisir 🙂

Je profite de cette “conclusion” pour souligner l’importance des mots dans le travail de Camille. Cet aspect n’a pas pu être développé sans faire un article à rallonge 😁. Mais tu peux t’en rendre compte par toi même en t’abonnant à ses profils Insta et Facebook. Il y a aussi un blog très sympathique dans lequel Camille publie ses billets d’humeur. Son site et son blog c’est par ici : Du vent dans mes valises.

Si un jour tu décides de choisir notre belle Côte d’Opale comme destination touristique, n’hésite pas à lui rendre visite. Elle se fera une joie de t’accueillir avec ses valises ! 😇

T’es toujours là ??

Allez, en bonus je te donne les astuces de Camille pour trouver l’inspiration 😉

Je continue à lire des magasines ou à naviguer sur Pinterest. C’est important de rester au courant des modes, mais jamais quand je cherche de l’inspiration.

Sinon je fais des balades et j’aimerais beaucoup faire appel à des guides nature, j’aimerais apprendre plus sur l’environnement. Quand je vais marcher, souvent je reviens avec une idée. En Janvier-Février j’allais marcher tous les matins.

Il y a aussi les formations, les rencontres avec les gens.

Sortir de ma zone de confort ça me fait progresser. Par exemple, devoir faire le site ou prévoir des prix pro ça m’a fait sortir de ma zone de confort. J’en suis ressortie grandie.

Camille Doutriaux-Poulet – créatrice de souvenirs (Du vent dans les valises)

Suis-nous sur les réseaux, il y a des photos et anectodes en plus. Surtout sur insta 😉

Vous aimerez aussi…

4 Commentaires

  1. Laure Bourveau

    Pas de question. Juste un petit mot pour dire bravo ! Quelle expérience inspirante et motivante 😊 surtout pour moi qui me suis lancée il y a un an. Très joli métier et belle découverte. Une bonne continuation à vous.

    Réponse
    • Nicolas Cléton

      Merci Laure pour ce retour, ça fait plaisir 😉
      Je fais tourner à Camille !

      Réponse
      • Camille

        Merci Laure et encore merci Nicolas c’était un plaisir, je suis de mon côte admirative de la belle et fraîche ambition de l’artisan et son mobile et j’espère que cela va vite devenir une grande aventure 🙂 hop en route !

        Réponse
    • Karin

      Je suis Camille depuis que j’ai decouvert ses jolies réalisations lors du marché de Noël à Wissant. J’apprécie particulièrement le côté poétique de son travail et j’attends avec impatience la prochaine occasion de me rendre sur la côte d’Opale pour lui rendre visite.

      Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

👉 Ne loupe pas les nouveaux articles !

En t’inscrivant à notre newsletter tu recevras les nouveaux articles un peu avant tout le monde 😎

(tu pourras te désinscrire très facilement si besoin)